Le blog immobilier de l’agence L'Amirauté Immobilier
31 mai

Il n’y a pas d’âge pour acheter une maison en vente à Bezons !

AdobeStock_124998241

Il n’est jamais trop tard pour se lancer dans un projet immobilier. Acheter, même passé 45 ans, 50 ans, permet de se constituer un patrimoine et d’améliorer sa retraite. De plus en plus de séniors empruntent pour acheter des biens immobiliers. Ce qui n’était pas le cas il y a 10 ans et même 5 ans… et c’est bien normal. Avec l’allongement de l’espérance de vie, l’âge des emprunteurs augmente également ! « La part des plus de 50 ans qui empruntent a fortement augmenté depuis 5 ans », Jérôme Robin, directeur général de Vousfinancer. Alors si vous souhaitez acheter une maison à Bezons, n’attendez plus, lancez-vous !

Comment ça fonctionne ?
Lorsque l’emprunteur a plus de 50 ou 55 ans, pour anticiper la baisse de revenus au moment du passage à la retraite, les établissements ne prennent en compte que 70 % des revenus nets dans le calcul de l’endettement. Pour autant les séniors ont tout intérêt à emprunter plutôt qu’à mobiliser toute leur épargne s’ils veulent investir dans l’immobilier, et ce, pour plusieurs raisons :

•    Les taux sont très bas, surtout sur les durées courtes : en moyenne 1,10 % sur 10 ans et 1,35 % sur 15 ans. En outre, les taux de crédit ne dépendent pas de l’âge de l’emprunteur (sauf réduction exceptionnelle pour les moins de 35 ans), mais uniquement de l’apport ou des revenus.
•    En empruntant, ils bénéficient de l’effet levier du crédit.
•    En cas de décès, le bien immobilier est remboursé intégralement par l’assurance et transmis aux ayants droit… C’est donc aussi une façon de préparer sa succession.
« Dans le contexte actuel, lorsqu’on est proche de la retraite et qu’on a la chance d’avoir de l’épargne, mieux vaut conserver ses produits de placement, par exemple une assurance-vie qui va rapporter en moyenne 2,5 %, et emprunter à 1 % sur 10 ans !, analyse Jérôme Robin. En outre, lorsqu’il s’agit d’une assurance-vie, elle peut être adossée dans le cas d’un prêt in fine ou servir de garantie si l’emprunteur n’est pas assurable, ou s’il peut l’être, mais à un coût vraiment dissuasif.»

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée