Le blog immobilier de l’agence L'Amirauté Immobilier
3 Juin

Pas d’évolution des recommandations du HCSF pour acheter un bien immobilier à Sartrouville

Les professionnels de l’immobilier à Sartrouville sont unanimes : le marché retrouve une activité proche de l’avant-confinement. Des craintes pèsent toutefois sur l’octroi des crédits. Lors de sa dernière réunion mensuelle, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) a rappelé sa recommandation du 20 décembre 2019 relative aux évolutions du marché immobilier en France en matière d’octroi de crédit alors que les professionnels du secteur espéraient un assouplissement de celle-ci pour favoriser la reprise du marché.

Ce qui pose problème ?
L’application stricte de cette recommandation (taux d’endettement inférieur à 33 % et durée de prêt limitée à 25 ans) est un frein à l’octroi de crédit. Alors que le taux de refus avait déjà légèrement progressé en mai, cette tendance s’est confirmée en juin. Ainsi depuis le 1er janvier 2020, la part des dossiers refusés est actuellement de 9,8 % contre 6,6 % à fin mai, mais 5,4 % sur les 5 premiers mois de l’année 2019.

Deux raisons majeures à cela, liées l’une à l’autre : la baisse du taux d’usure en avril qui exclut mécaniquement certains emprunteurs aux revenus peu élevés ne pouvant pas bénéficier des taux les plus avantageux, et la recommandation de ne pas dépasser 33 % d’endettement qui les pénalise aussi et, en ne tenant pas compte du reste à vivre, conduit à des refus de prêt y compris pour les beaux profils.

« La baisse des taux d’usure en avril dans un contexte de remontées des taux de crédit est un problème majeur. C’est l’effet collatéral des recommandations du HCSF qui ont conduit les banques à financer majoritairement les meilleurs profils et entraine actuellement le marché dans un cercle vicieux : comme le taux d’usure est à un niveau historiquement bas, certains dossiers d’emprunteurs sont refusés, donc le taux qu’ils auraient dû obtenir ne sera pas pris en compte dans le calcul du futur taux d’usure», analyse Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée