Le blog immobilier de l’agence L'Amirauté Immobilier
2 Juil

Pourrez-vous acheter un bien immobilier à Houilles même si vous n’avez pas un bon dossier ?

Vous avez envie d’un extérieur, d’un peu d’espace et pour cela vous souhaitez acheter une maison à Houilles ? On vous comprend, mais attention au taux d’usure ! En effet, il exclut mathématiquement de nombreux acheteurs du crédit et, ce qui est dommage, c’est que la Banque de France ne s’inquiète pas outre mesure de la baisse de la production de crédits, liée directement aux recommandations du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) qui contraignent les banques à refuser des dossiers qu’elles auraient pourtant financés l’année dernière.

En effet, alors que le marché immobilier repart à la hausse, l’application stricte de ces recommandations (taux d’endettement inférieur à 33 % et durée de prêt limitée à 25 ans) est une entrave à l’octroi de crédit, comme le prouve la hausse des refus constatée par Vousfinancer au mois de juin. Ainsi, la part des dossiers refusés en 2020 atteint à mi-juin 9,8 % des dossiers, contre 6,6 % à fin mai et 5,4 % sur la même période en 2019.

La banque de France n’y voit qu’une décélération temporaire et annonce même un retour à la normale en juillet. Alors que le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) a renouvelé ses recommandations concernant l’octroi des crédits, une autre lecture de ces données peut être faite, plus crédible celle-là…

Un cycle négatif qui exclut de plus en plus d’acheteurs
Les banques ont été obligées d’appliquer scrupuleusement les recommandations du HCSF. Elles se sont concentrées sur les meilleurs profils, faisant baisser la moyenne des taux pratiqués et par conséquent le taux d’usure. Lorsqu’est arrivée la Covid-19, les taux sont remontés, renforçant à nouveau l’effet ciseaux et excluant toujours plus d’acquéreurs potentiels.

De même, comment prédire un retour à la normale en juillet, alors que tout le monde sait bien que l’avenir ne va pas aller en s’améliorant ? Le pays et la planète sont entrés dans une crise économique sans précédent. Les prévisions de hausse du chômage et de fermetures d’entreprises augurent, selon les experts, d’une baisse de 20 à 30% de l’activité immobilière en 2020. Elles ne laissent même pas entrevoir de reprise en 2021.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée