Le blog immobilier de l’agence L'Amirauté Immobilier
4 Oct

Depuis le confinement, votre maison en vente à Houilles a gagné en attractivité !

Vous avez une maison à vendre à Houilles ? La crise sanitaire a-t-elle réellement changé la tendance du marché immobilier et contribué à augmenter l’attractivité de territoires situés en périphérie de la Capitale ? Faisons le point sur les aspirations des Français et vos chances d’intéresser un acheteur avec votre maison à Houilles.

L’enfermement auquel nous ont contraints les mesures de confinement aurait incontestablement modifié les aspirations des Français et plus particulièrement des Parisiens. Et par conséquent, la demande se serait transformée et ils auraient plus que jamais des envies d’espace, d’extérieurs et de verdure (une grande terrasse, un bout de jardin), la proximité avec les espaces verts… comme la forêt de Saint-Germain-en-Laye par exemple … Tout ceci semble n’avoir été suivi d’aucun effet… Même si la banalisation du télétravail change la donne, force est de constater que c’est en ville que se concentre l’emploi. Bref, à date, l’exode urbain, que beaucoup prévoyaient, n’est pas à l’ordre du jour. Et bien que les recherches portant sur des locations parisiennes aient baissé (- 23 % entre 2019 et 2020 sur les périodes observées), les recherches sur des biens à vendre augmentent, quant à elles, de 5 %, et cela en dépit du resserrement des conditions d’octroi d’un crédit bancaire et des prix surélevés qui sont pratiqués dans la capitale.

Enfin, il est intéressant de constater qu’au surlendemain du déconfinement, c’est aux villes moyennes, situées à proximité des métropoles, c’est-à-dire à la grande banlieue davantage qu’à la campagne, que la crise sanitaire pourrait avoir donné du poids. Et pour cause, ces villes permettent aux futurs ex-habitants des métropoles d’optimiser leur pouvoir d’achat tout en conservant les avantages liés à un environnement urbain (écoles, commerces, administrations, transports…).

« D’après notre étude SeLoger, 29 % des Franciliens interrogés ont ainsi élargi leur périmètre de recherche et prospectent désormais loin des grandes villes », souligne Séverine Amate.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée