Le blog immobilier de l’agence L'Amirauté Immobilier
3 Fév

Sera-t-il difficile ou pas de vendre un bien immobilier à Sartrouville en 2021 ?

Vous avez un bien immobilier à Sartrouville à vendre ? Vous hésitez ? À quoi peut-on s’attendre pour 2021 ? Faisons le point sur le marché immobilier de 2020 qui a connu un début d’année en fanfare, une mise à l’arrêt total au moment du premier confinement, un regain de dynamisme à la sortie de celui-ci et un nouveau coup de frein durant le deuxième. Pour autant, celui-ci s’est montré plutôt résilient, notamment, en termes de volume de transactions.

Alors, à quoi s’attendre en 2021 ?
Bien sûr, le marché immobilier ne sortira pas indemne de la crise économique qui s’annonce. Depuis septembre, il est déjà entré dans une nouvelle phase de repli dont l’ampleur reste encore inconnue. Toutefois, il ne devrait pas non plus s’effondrer notamment grâce au maintien de la confiance des ménages et des taux d’emprunt qui resteront exceptionnellement bas. En effet, l’annonce récente par la Banque Centrale Européenne de la prolongation, au moins jusqu’en 2022, de sa politique accommodante en matière de taux devrait effectivement permettre le maintien des taux d’intérêt bas. Cette nouvelle s’avère d’autant plus encourageante pour le marché que le robinet du crédit devrait rester ouvert. Malgré le durcissement actuel des conditions d’octroi de prêt, les banques semblent prêtes à jouer pleinement leur rôle de financeur en 2021, poussées par les recommandations mi-décembre du Haut Conseil de Stabilité Financière. Ce dernier a notamment décidé d’assouplir les règles liées au taux d’endettement maximum, désormais plafonné à 35% contre 33% auparavant.

Malgré les incertitudes relatives à l’évolution du chômage dans les mois à venir, 2021 pourrait continuer à offrir des conditions exceptionnelles d’achat. Autre bonne nouvelle : les taux sont en baisse, proche des records pratiqués en septembre 2019.

« Ces taux extrêmement favorables proposés par les banques sont le signe que la chasse aux clients a repris. En revanche, cette tendance bénéficie essentiellement aux bons profils, présentant un apport conséquent, de bons revenus, et un emploi stable en cette période de crise économique », précise Philippe Taboret, Directeur adjoint de Cafpi.

C.V. / MySweetProd © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée